top of page

Pour tisser avec le thème de la dernière fois et progresser sur un sujet d'actualité,
2 propositions pédagogiques pour ce Festival :

1- CI, une voie pour Passer de la peur à l'Amour

La danse est un moyen puissant d'explorer notre être intérieur, de nous connecter aux autres et d'exprimer nos émotions les plus profondes. 


La Peur
La peur est une émotion fondamentale qui résulte d'un sentiment de menace ou de danger imminent. Elle peut être déclenchée par des situations réelles ou imaginaires et provoque souvent une réaction de fuite ou de combat. Dans le contexte de la danse, la peur peut être liée à l'inconfort physique, à l'anxiété sociale, à la crainte du jugement ou...


L'amour
L'amour est une émotion si puissante et complexe qu'il est difficile de le décrire par des mots. Il est un lien indescriptible qui unit les personnes. Il transcende les barrières et les différences, créant une connexion profonde entre les cœurs. C'est un sentiment qui va au-delà des apparences et des jugements, embrassant la pureté et/ou l'acceptation inconditionnelle.
Dans un monde où la peur et l'anxiété sont omniprésentes, il est essentiel de trouver des moyens pour se reconnecter à soi-même et aux autres. 


Le CI
La Danse Contact Improvisation est basée, entre autres, sur l'écoute mutuelle, le partage d'énergie et le respect du corps de chacun.
Le CI est une pratique artistique et corporelle qui nous aide à opérer cette transformation intérieure. En avançant dans  la présence, l'écoute et le partage avec les autres participants, progressivement nous passons de la peur à l'Amour.
CI est une forme d'expression qui permet de transcender les barrières émotionnelles et physiques pour établir un lien profond avec soi-même et les autres. Dans ce voyage, l'une des  clés consiste à passer de la peur à l'Amour.
Et vice-versa dépasser la peur nous permet d'avancer dans la pratique du CI. 

Au cours de ces ateliers, nous verrons des techniques pour développer une présence profonde dans nos mouvements, améliorer la conscience corporelle et surmonter les peurs qui peuvent parfois entraver l'expression artistique.

Que tu sois débutant ou danseur expérimenté, ces ateliers sont ouverts à tous ceux qui souhaitent voir et revoir les principes du CI d'une façon créative, ouverte et ludique. 
 
Le fait d'oser participer à ce festival est déjà une preuve de détermination. 

molts.heic
FCCP23_cokelico[1].heic
FCCP23 fotoPep1.jpg

2- Présence

Au travers de leurs approches du contact improvisation, mais aussi de textes, de mots, d'images, de poésies, Céline et Matthieu vous invitent sur des terrains de je/jeux et d'expérimentations qui favoriseront :  

  • la présence à soi, « corps-coeur-esprit » dans le monde, 

  • l'attention partagée nourrie d’approches neuro-scientifiques, philosophiques et méditatives, 

  • le partage ou l'échange d'axes, la circulation des flux soutenus par des explorations somatiques, 

  • le guidage par les sens et sensations, l'anatomie incarnée (embodyment).

 

Présence

 

Présence vous dites !

Qui dit ?

Présence à moi, à nous, à l’autre.s.

Présent à la présence, à l’advenir !

Autant de directions qui pointent à l’infini un même élan.

 

Hubert Godard dit que « toucher, c’est tomber ». Nous n’aurions donc d’autre choix, pour toucher et -être touché en retour- que de tomber dans le monde. Essayons de le dire autrement… Il n’y a monde que de cette réversibilité, parce que nous y chutons et que nous y sommes portés. Toucher-touchant, porté-chutant. Nous ne pouvons être présent au monde (faire monde) qu’en acceptant d’être profondément mouvementé
« C’est grâce au surgissement de la présence partagée dans l’acte de relation de réciprocité que nous touchons à l’ultime ». D Bois.

Nous nous découvrons par le mouvement et au sein des relations que nous tissons. 

 

Présence donc !

Présence à l’ouvert ! 

 

Impossible de ne pas être ému (mouvementé) pour savoir ? Impossible d’être en dehors pour connaître ? Impossible de ne pas être concerné pour sentir ? S'agirait-il d'une « distance de proximité »
? « Il ne s’agit pas de se mettre à distance des choses pour pouvoir les saisir mais, au contraire, d’essayer de se mettre en rapport avec elles » (Midal, 2017)

 

La question de se laisser complètement toucher (pour toucher) est au coeur de nos pratiques (Contact Improvisation, Technique Alexander, Pédagogie perceptive). Cette présence n’est cependant pas confusion, il s’agit tout au contraire d’assumer le lointain de l’autre*. Alors où placer l’écart, le retrait nécessaire à la présence ? Il faut bien qu’il y ait un espace pour la présence, un retrait, un espace ouvert d’où se déploie l’expérience ? Mais de quel retrait parlons-nous ? Et où prend-il place ?

« Et l’écart, ce pré-mouvement, il est bien vain de le chercher dans le corps, dans le cerveau. Dehors, dehors, dehors. Au milieu. Entre les mondes. » Carla Bottigglieri

Les propositions seront nourries par la Technique Alexander® et la Pédagogie Perceptive®.

*Être au plus proche, ce n'est pas toucher : la plus grande proximité est d'assumer le lointain de l'autre. Jean Oury

FCCP23 fotoPep3_edited.jpg

Nous aurons au milieu du festival une journée de pause pour profiter…

Au choix :
Nager à la plage
ou dans un lac de montagne,
randonner dans les sommets,
découvrir la région,
farniente,
etc…

Ouvert à tous, aucun niveau requis. 

Les ateliers seront en français, avec une traduction amicale en anglais, catalan ou espagnol si nécessaire.

 

C'est ouvert aux enfants. Nous pouvons étudier votre situation, consultez nous : cipo@netc.fr.

Le programme pourra être modifié en fonction de la météo.

bottom of page